Incontestablement, arrive un moment dans la vie de l'Homme où il a besoin de se définir. Qui suis-je? De quoi suis-je fait? pourquoi suis-je né?, etc. sont très souvent des questions qui s'imposent à notre esprit. Cette phase, je l'ai nommée la phase de rencontre avec soi.

A cette phase de notre existence, le recours le plus évident est de s'identifier au monde extérieur. Dès lors, autrui devient un miroir, une source de réponses à nos questions. Cela commence par nos parents: l'on se dit "je fais ci comme papa, je fais ça comme maman"; ou encore "j'aime la science comme tonton, j'aime le dessin comme tata". Certains s'identifient aux membres de leur famille, d'autres à leurs camarades et amis. Dès lors que l'on ne trouve pas de point commun entre nous et une personne de notre entourage, on se dit "ça y est! je suis bizarre!".

Toutefois, comme le dirait Pierre Charron, "L'homme est un sujet merveilleusement divers et ondoyant, sur lequel il est très mal aisé d'y asseoir jugement assuré." Cependant, ce serait une erreur de s'identifier à autrui lorsqu'il s'agit de la rencontre avec soi. Ceci d'autant plus que le reflet que je perçois de l'autre n'est que la résultante de la forme que la société a bien voulu lui conférer. En réalité, il m'est impossible de transcender l'être interne d'autrui afin de trouver des points de ressemblance ou de dissemblance entre lui et moi. Le seul être interne que je suis capable de pénétrer est mon moi interne; et pour que ce moi interne soit révélé, je dois oublier le monde extérieur, et m'exprimer de façon irréfléchie. Ceci revient même à ignorer les lois de la société, le temps que mon moi s'exprime et que je puisse voir a quoi il ressemble réellement. Ainsi, la question de "qui suis-je" devient "qui suis-je sans papa et maman?", "qui suis-je sans la loi?", bref "qui suis-je sans le monde extérieur?".  C'est après avoir répondu à ces questions que l'on parviendra à déterminer de quoi nous sommes faits (deuxième question posée dans le préambule).

Par ailleurs, la troisième question à savoir "pourquoi suis-je née?" est encore plus profonde que les deux premières. Trouver la réponse à cette question revient à déterminer l'essence de son existence et par ricochet sa place dans la société. Trouver sa place dans la société est une véritable source d'aisance.

Je compte aborder ces trois questions de manière plus détallée dans mes prochains articles. 

 

Comments powered by CComment