"L’échec est un sentiment, bien avant d’être une réalité. C’est le fruit de la combinaison entre la vulnérabilité et le manque de confiance en soi, qu’aggrave ensuite, souvent délibérément, la peur." Michelle Obama, devenir, 2018.

Il existe deux types d'échec : l'échec qui arrive alors qu'on a donné le meilleur de soi, et l'échec qui arrive parce qu'on n'a pas donné le meilleur de soi. Dans le présent article, c'est le deuxième cas de figure qui nous intéresse : l'échec qui arrive lorsqu'on n'a pas donné le meilleur de soi.

Tout au long de notre vie, il nous arrive d'entreprendre des projets et espérer réussir. Mais bien souvent nous sommes heurtés à ce fléau qu'est l'échec. Ceci arrive parfois même lorsque toutes les ressources physiques sont réunies pour la réussite dudit projet. On se dit avoir donné le meilleur de soi et on se demande ce qui n'a pas marché. L'erreur que nous commettons souvent (et dont on ne se rend pas compte), c'est de mettre toute notre confiance en des ressources physiques tout en négligeant une ressource abstraite qui est, à mon humble avis, la ressource fondamentale de la réussite : la pensée positive.

Toutes les ressources physiques et les circonstances peuvent être de notre côté mais si notre pensée ne l'est pas, l'échec est une garantie. La pensée positive est la base de toute réussite. C'est dire que lorsque je commence un projet, je dois me dire que je le réussirai coûte que coûte. Je ne fais pas de place pour l'échec dans ma pensée. L'échec n'est pas une option. C'est réussir ou réussir. Michelle Obama l'a dit, et je suis d'accord avec elle, "l'échec est un sentiment bien avant d'être une réalité." C'est dire que l'échec naît et se développe dans notre pensée avant de se concrétiser dans nos projets.

Pourquoi permets-je à l'échec de naître et de se développer en moi alors que je veux réussir ? Vous conviendrez avec moi que cela est contradictoire. C'est à se demander si je veux vraiment réussir. Si oui que fait l'échec dans ma pensée ? Qui l'y a donné accès ? Je suis convaincue tout comme Dalaï Lama que "chacun est maître de son destin" et par ricochet de ses pensées. Donc si je maîtrise mes pensées et que je veux vraiment réussir, je ne dois pas faire de place au sentiment de l'échec dans ma pensée. Je me dois de la préserver de toute possibilité d'échec et de la maintenir positive. Selon les dires de Michelle Obama, la vulnérabilité, le manque de confiance en soi et la peur sont des ingrédients incontestables de l'échec. Éliminez ces trois ingrédients, ayez une pensée positive, et l'échec ne sera qu'un vague souvenir.

 

Comments powered by CComment