Dans un monde où la plupart des gens ont tendance à vouloir mettre en évidence leurs connaissances non pas dans le but d’édifier, mais dans le but de rabaisser leur alter ego, l’humilité est une vertu qui se fait de plus en plus rare, au profit de l’orgueil qui est devenu monnaie courante.

J’évoque ce sujet aujourd’hui pour attirer l’attention de certains d’entre nous sur le fait que ce n’est pas parce que l’humilité en tant que vertu se fait de plus en plus rare que nous devons la négliger. Pour moi elle reste une vertu en or à préserver à tout prix.

Le dictionnaire en ligne L’Internaute définit l’humilité comme étant : « la reconnaissance de ses limites et de ses capacités en faisant preuve de modestie. » Deux mots clés attirent particulièrement mon attention dans cette définition : Limites et capacités. Intéressons-nous tout d’abord au deuxième.

Il est très important voire capital de connaître ses capacités en tant qu’être humain. Le mot capacité, pour moi, renvoie au talent, aux qualités, aux aptitudes. Qu’y a-t-il de bon en moi ? Quelles sont mes forces ? De quoi suis-je capable qui me différencie des autres ? Le but de ces interrogations n’est pas de se sentir supérieur à autrui, mais plutôt de développer une confiance en soi qui nous permettra de ne point se sentir inférieur à autrui. Car si être humble revient à faire preuve de modestie, comme indiquée dans la définition, il n’est point question de se rabaisser face à son alter ego. Encore que le terme alter ego désigne l’autre moi et non le plus grand ou le plus petit que moi.

Intéressons-nous à présent au premier mot clé qui est « limites ». La perfection n’est point de ce monde, donc quels que soient mon talent, mes qualités ou mes aptitudes, j’aurai toujours des limites et il y aura toujours plus grand, plus fort et plus intelligent que moi. Reconnaître ses limites nous permet de ne pas se sentir supérieur à autrui, quelques soient les circonstances. Reconnaître ses limites nous permet d’éviter le piège de l’orgueil. Il est important de toujours garder à l’esprit que nos capacités ont des limites et aussi longtemps que ceci est vrai, nous devront toujours être en quête permanente de l’amélioration de soi en tant qu’être humain.

Voici en résumé trois étapes que je propose pour parvenir à être humble :

  • Développer la confiance en soi : comme nous l’avons dit plus haut, connaître ses capacités nous permettra d’être confiants. Je sais de quoi je suis capable donc il n’est point question que je me sente inférieur à mon alter ego. Je sais aussi que j’ai des insuffisances, ce qui me permet d’être en quête permanente de l’amélioration de soi, en vue d’offrir au monde la meilleure version de moi.
  • N’avoir rien à prouver : il est très facile de tomber dans le piège de l’orgueil lorsque l'on exprime le désir de vouloir prouver ses capacités. J’ai des capacités oui, mais je n’ai nul besoin de prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Ceux qui sont capables de voir en moi ces qualités qui me différencient des autres eh bien tant mieux ; et ceux qui en sont incapables eh bien tant pis. Tout le monde n’est pas forcément obligé de reconnaître mes capacités, je sais de quoi je suis capable et c’est suffisant.
  • Eviter de se justifier : en voulant à tout prix justifier ses choix et ses actes, il est très facile de tomber dans le piège de l’orgueil ; car sans le vouloir, nous aurons tendance à vouloir trouver les meilleures raisons pour nous justifier. Or il est indéniable que les mots ne peuvent pas toujours justifier nos choix ; parfois, il faut se taire et laisser nos actes parler. Ne nous exprimons pas toujours avec notre cerveau, laissons aussi notre cœur s’exprimer à travers nos actes.

En suivant cette démarche, nous nous rendrons compte qu’il n’y a pas de temps pour être orgueilleux car acquérir la confiance en soi, être en quête permanente de l’amélioration de soi et exprimer la meilleure version de soi constituent un travail qui prend plus de temps que l’on n’imagine. Et quand bien même nous serions parvenus au terme de ce travail, il n’est point question de se laisser envahir par l’orgueil, car même si je sais de quoi je suis capable, je n’ai rien à prouver donc nul besoin de me justifier.

 

Comments powered by CComment